Boivre

La Boivre

La Boivre

La Boivre  possède un bassin versant qui représente 203 km².

Géographie de la Boivre

Bassin versant de la Boivre

Affluent en rive gauche du Clain, la Boivre prend sa source sur la commune de Vasles qui se trouve dans le département des Deux-Sèvres. Elle s’écoule d’ouest en est et rejoint la rivière du Clain sur la commune de Poitiers, au niveau de la gare. Le linéaire de cours d’eau concerné s’étend sur environ 70 km. Il comprend ainsi, le cours principal de la Boivre sur 45 km et ses principaux affluents les ruisseaux de la Coudre, la Dia, la Garnaudière, les Renaudières, le Tallent, la Torchaise et la Touche.

Communes traversées

Cette rivière s’étend sur une partie seulement des communes membres du Syndicat Clain Aval. En effet située dans le département de la Vienne, elle traverse Benassay, Béruges, Biard, La Chapelle-Montreuil, Lavausseau, Montreuil-Bonnin, Poitiers et Vouneuil-sous-Biard ainsi que deux communes des Deux-Sèvres situées à l’amont du bassin-versant : Vasles et les Forges*. *communes non adhérentes au Syndicat du Clain Aval

Contexte piscicole
truite fario - image libre de droits

Truite Fario

Tout d’abord le classement piscicole distingue deux catégories de cours d’eau. Ainsi, les salmonicoles, dits de 1ère catégorie, présentent un écoulement rapide. Puis, les cyprinicoles, dits de 2nde catégorie, sont à la différence à écoulement lent.

En ce qui concerne la Boivre et ses affluents, ils sont classés en 1ère catégorie piscicole sur toute la zone d’étude dont l’espèce repère est la truite fario.

 

 

 

État des lieux

Afin de tendre vers un bon état écologique, il faut recenser les travaux à entreprendre sur la Boivre et ses affluents. En cela, une étude préalable a été mise en place afin de définir les orientations des actions, à moyen terme. Ainsi, le Contrat Territorial des Milieux Aquatiques de la rivière de la Boivre et de ses affluents (CTMA Boivre et affluents) a été réalisé en  2012 et se nomme l’Étude HYDROCONCEPT.

Les principaux enjeux identifiés sont :

– le rétablissement progressif de la continuité écologique : libre circulation des espèces aquatiques et transit des sédiments
– la restauration de la morphologie naturelle du lit de la Boivre sur les secteurs dégradés,
– le maintien ou la restauration d’une ripisylve adaptée. Autrement dit, des efforts de restauration d’une végétation adéquate au maintien des berges

Origine du nom de la rivière
Un castor peut à lui seul couper un arbre de plusieurs dizaines d'années

Dégâts faits par des castors – Clain 2015 Bourdin LCK

Communément, la Boivre est appelée localement la rivière aux castors. En effet, ces mammifères semi-aquatiques étaient très répartis mais cette espèce s’est effondrée sous l’effet de la chasse intensive par l’Homme. Depuis 2014, elle recolonise le cours d’eau grâce à des programmes de réintroduction. Le castor s’installe aussi bien sur les fleuves que les ruisseaux, à condition toutefois que l’eau soit suffisamment profonde.

 

Pour tout renseignement, Nicolas HUTIN  notre technicien sur la Boivre vous répond au 05 49 18 29 07


photo de la rivière le Clain

Le Clain

la rivière le Miosson, en Vienne

Le Miosson

la Pallu, affluent du Clain

La Pallu

<<< Revenir à l’Auxance